Pourquoi et comment créer un plugin WordPress ?

Ce n’est pas faute de le répéter, les plugins sont l’essence même de WordPress. Il en existe des tonnes, qu’ils soient premiums, freemiums ou gratuits, si vous utilisez WordPress, vous savez de quoi je parle. Selon la finalité de votre utilisation de ce fabuleux CMS, vous allez un jour vous trouver face à une question : comment pourrais-je créer ma première extension ?

Dans cet article, nous allons voir qu’il est plutôt facile de créer un plugin WordPress et surtout nous allons voir quels bénéfices vous pourriez en tirer…

plugin

Qu’est-ce qu’un plugin ou extension ?

Si vous êtes tout nouveau sur WordPress, vous pourriez éventuellement vous poser la question “mais c’est quoi un plugin ?”. Vous allez très vite trouver réponse à cette question lorsque vous allez parcourir l’administration de votre site web fraîchement installé.

Sur la gauche de votre écran d’administration se trouve une barre latérale sombre affichant les divers onglets de customisations et paramétrages. Sous l’onglet “Apparence” se trouve l’onglet “Extensions” avec l’icône d’une prise de courant.

C’est bel et bien ici que vous pourrez gérer vos plugins existants et à venir.

Pour répondre donc à la question, les extensions – ou plugins en anglais – sont des fonctionnalités que l’on ajoute à un site WordPress pour parvenir à l’accomplissement du projet web.

Lorsque j’ai installé WordPress pour la première fois, je me souviens encore avoir posé la question à mon formateur : “mais pourquoi faut-il ajouter des fonctionnalités, pourquoi ne sont-elles pas embarquées de manière native ?”. J’ai vite compris que cette question était totalement absurde et heureusement que ce n’est pas le cas ! Étant donné que l’on peut créer tous les genres de site web avec WordPress, chaque installation sera différente en fonction des besoins du projet.

Ainsi, grâce aux plugins, vous allez pouvoir façonner votre site ou votre blog WordPress.

Pour ajouter une nouvelle extension, rendez-vous dans l’onglet Extension > Ajouter ou bien vous pouvez également le faire en téléchargeant le dossier depuis le répertoire officiel et en l’envoyant sur votre serveur via FTP.

 

Pourquoi créer un plugin WordPress ?

C’est vrai, après tout : pourquoi s’embêter à créer un plugin WordPress alors qu’il en existe des tas, certainement bien plus efficaces que celui que vous envisagez de créer ? Je vais vous expliquer et vous donner quelques bonnes raisons de le faire…

 

Raison n°1 : alléger le functions.php du thème enfant

Généralement, la bonne pratique est de créer un thème enfant lorsque l’on veut ajouter un peu de code pour modifier certaines actions de WordPress ou du thème et ajouter de nouvelles fonctionnalités (ou en supprimer).

Toutefois, si on travaille en pensant au futur, il faut avoir une certaine rigueur et penser que peut-être, un jour, on aura besoin de revenir sur le code inséré dans le fichier functions.php. Si c’est le cas, on aura commenté chaque fonction afin de les retrouver facilement.

Lorsque de nombreuses fonctions se suivent, le fichier functions.php peut devenir difficile à maintenir, c’est pourquoi il pourrait être utile de déplacer certaines fonctions dans un plugin.

 

Raison n°2 : faire suivre le code

Pour la même raison évoquée avant, si on pense à l’avenir, il se pourrait qu’un jour, vous ou votre client ait une envie soudaine de changer de thème.

Que va-t-il se passer alors ? Le code inscrit dans le fichier functions.php du thème enfant disparaitra comme neige au soleil ! Adieu ces heures passées à tester et à coder, à moins de le faire suivre.

Voici alors une bonne raison de créer un plugin WordPress, lorsque vous changerez de thème, votre fonctionnalité sera toujours présente dans votre site.

 

Raison n°3 : réutiliser le code

Si vous maintenez plusieurs sites WordPress ou que vous en créez pour vos clients, vous allez vous rendre compte qu’il y a souvent une ou deux fonctionnalités dont vous avez besoin systématiquement.

Dans ce cas là, rien de tel qu’un plugin pour réutiliser le code à bon escient à chaque nouveau projet.

 

Raison n°4 : prévenir les conflits et incompatibilités

Surtout, l’un des avantages de créer un plugin WordPress plutôt que d’ajouter le code directement dans le thème enfant est que vous allez pouvoir prévenir rapidement les conflits.

Admettons que votre plugin fonctionne parfaitement, puis que vous mettez à jour WordPress, votre thème ou vos autres extensions et que vous vous rendez compte qu’il y a un conflit…

Dans ce cas, il sera facile, pour vous, de vérifier si le conflit provient de votre extension faite-maison : il vous suffira de la désactiver pour en avoir le cœur net.

Cela vous évitera, par la même occasion, de vérifier chacune des fonctions ajoutées dans le thème enfant. Bref, c’est très pratique et surtout, c’est un gain de temps.

 

Comment créer un plugin WordPress simple ?

On va bien, ici, distinguer le fait de créer un plugin simple d’un plugin complexe. Si dans le premier cas, vous n’avez pas besoin d’être un développeur confirmé – vous allez même trouver cela facile – dans le second cas il vous faudra un certain bagage et de bonnes connaissances en PHP et en la manière dont fonctionne WordPress.

 

1 – Les pré-requis pour créer une extension WordPress

Vous n’avez pas besoin de grands choses pour créer un plugin WordPress, voici les pré-requis :

  • avoir un environnement de test comme Local by FlyWheel, Mamp, Xamp etc.
  • avoir une installation WordPress à jour : si possible identique à la version de production pour voir si votre plugin n’émet pas des conflits avec les autres extensions ou thèmes
  • être en possession d’un éditeur de texte comme Brachet ou SublimText

 

2 – Étude rapide du plugin Hello Dolly

Si vous avez envie de créer votre premier plugin, vous pouvez déjà commencer par étudier le fameux plugin “Hello Dolly” qui est embarqué avec toute installation WordPress.

En effet, ce plugin n’est pas là par hasard – même si on a tendance à le supprimer automatiquement après l’installation de WordPress – car il est l’exemple même qui nous montre le chemin pour réaliser facilement sa propre extension.

La première des chose qui saute aux yeux, lorsqu’on regarde le dossier “PLUGINS” situé dans le répertoire “WP-CONTENT”, c’est que Hello Dolly n’est pas placé dans un dossier, contrairement aux autres extensions.

Hello Dolly

Cela nous montre bien qu’un simple plugin peut être composé d’un seul fichier.php et n’a pas besoin d’autre chose comme une feuille de style.css ou des fichiers JavaScript pour fonctionner.

WordPress permet donc d’ajouter un simple fichier contenant une fonctionnalité directement dans le dossier WP-CONTENT > PLUGINS.

Mais attention, ce “simple fichier” doit suivre les guidelines de WordPress afin d’être exploitable, ouvrons le fichier hello.php pour comprendre et voir ce qu’il contient…

Composition du plugin Hello Dolly

Comme cette capture d’écran ci-dessus nous le montre, le plugin Hello Dolly, comme tous les autres plugins, est composé de :

  1. Un fichier PHP : nom.php, dans ce cas il s’agit de hello.php
  2. Une ouverture de balise PHP (<?php). Pas besoin d’ajouter une balise de fermeture car ce n’est pas obligatoire, contrairement au HTML.
  3. Un entête placé entre /* et */ qui parait être un commentaire anodin mais vous allez voir que ce n’est pas le cas.
  4. Le code PHP qui permet d’ajouter une fonctionnalité à votre site.

C’est tout ! Et vous voyez que ce plugin est fonctionnel. Maintenant, penchons nous sur cette fameuse entête qui est un élément obligatoire et primordial…

Entete du plugin Hello Dolly

Si on regarde attentivement la capture d’écran ci-dessus, vous allez voir à quoi correspondent chaque ligne de l’entête d’un plugin.

Les pastilles rouges numérotent les lignes présentes dans le fichier.php et les pastilles bleues sont leur correspondance dans le back-office.

  1. la ligne Plugin Name: => elle correspond au nom du plugin tel qu’il sera affiché dans la partie administrateur. On voit bien que celui-ci n’est pas obligatoirement le même que le nom du fichier, qui lui est nommé hello.php.
  2. la ligne Plugin URI: => elle correspond à l’URL du plugin sur le repository (répertoire officiel), si ce n’est pas le cas, vous pouvez insérer ici l’URL de votre choix.
  3. la ligne Description: => elle permet de décrire la fonctionnalité du plugin.
  4. la ligne Author: => elle donne l’identité du créateur du plugin. C’est l’ancre qui apparaitra sur le lien du site de l’auteur (pastille 6).
  5. la ligne Version: => elle permet d’afficher le numéro de version du plugin. À chaque nouvelle version, ce numéro évoluera.
  6. la ligne Author URI: => elle fait le lien avec le site de l’extension.

À noter : si vous regardez bien, il n’y a pas d’espace avant les “deux points”, veillez à respecter cela.

 

3 – Passons à l’action

À présent que nous en savons un peu plus sur la structure d’un plugin, voici la méthode pour créer le vôtre:

  • dans un éditeur de texte, créez un nouveau fichier que vous nommerez nom-du-plugin.php
  • copiez et collez l’entête en début de fichier, comme suit :
<?php
/*
Plugin Name: Mon premier plugin
Plugin URI: https://mon-siteweb.com/
Description: Ceci est mon premier plugin
Author: Mon nom et prénom ou celui de ma société
Version: 1.0
Author URI: http://mon-siteweb.com/
*/
  • Vous pouvez modifier ce qui est inscrit en rouge afin de vous approprier le plugin
  • En dessous de cette entête, vous pourrez ajouter le code PHP qui correspondra à votre fonctionnalité
  • Enregistrez ce fichier
  • Vous pouvez ranger ce fichier dans un dossier de plugin que vous nommerez comme vous le souhaitez, par exemple “mon-premier-plugin”créer un plugin WordPress
  • Rien ne vous empêche d’ajouter dans le dossier du plugin un fichier readme.txt qui donnerait une procédure ou une explication concernant cette extension.
  • Envoyez ce plugin sur votre site de test et vérifiez qu’il fonctionne bien après activation. Si c’est le cas, vous pourrez l’envoyer sur votre site en production via l’administration (dans ce cas, vous devrez compresser le dossier) ou via FTP (dans ce cas, pas besoin de compresser le dossier du plugin).

 

Pour aller plus loin…

Nous venons de voir qu’il est vraiment facile de créer un plugin WordPress. Toutefois, il s’agit bien d’un plugin simple qui fonctionne automatiquement après activation, c’est à dire qu’il ne propose pas de page d’options, pas de paramétrages ni de customisations.

Cela signifie que votre plugin fonctionne à un instant-T pour correspondre à vos besoins ou celui de votre client. Si ces besoins évoluent, il faudra peut-être faire évoluer le code et cela ne sera pas possible via l’administration de WordPress. Depuis cet écran, vous pourrez seulement activer ou désactiver votre extension.

Si votre ambition est d’aller plus loin et de créer un plugin qui soit manipulable depuis le back-office de votre site WordPress, vous devrez créer un plugin bien plus complexe.

Pour cela, voici quelques liens qui pourront vous être utiles :

Pourquoi et comment créer un plugin WordPress ?
4.3 pour 20 votes

A propos de l'auteur...

Lycia Diaz

Créatrice de Sites Web / WebDesigner & Rédactrice Web en Freelance, je suis passionnée par l'univers de WordPress, du Web et du WebEntreprenariat. J'adore découvrir, tester et partager mes expériences mais aussi entreprendre & accomplir de nouveaux projets comme la réalisation d'un guide complet sur WordPress, l'animation d'un blog dédié aux Freelances et d'un autre qui parle du thème Divi... Bref, je ne m’ennuie jamais ;-)

Vous pouvez laisser votre commentaire ci-dessous et même vous abonner aux commentaires de l'article.
Nota: pour le champ "Site Web", seuls les liens vers vos réseaux sociaux sont autorisés.

Likez, Tweetez, Commentez, Partagez !

Partagez25
Tweetez19
Partagez
Enregistrer1
Buffer
45 Partages